Du 2 au 8 septembre 2018, à partir de Laveissière, calme village à 950 m d’altitude situé entre Murat et Super Lioran, 19 randonneurs partent à la découverte des Monts du Cantal : le plus grand volcan d’Europe surnommé «  l’Etna auvergnat » .

Nous sommes hébergés à l’hôtel Bellevue chez Luc et Florence.

Au cœur du village « la maison sous la roche » une curiosité construite aux environs de 1850. Deux frères dont l’un était maçon ont accolé une maison d’habitation à cet énorme rocher qui avait une importante cavité .

Nous débutons le séjour par une petite balade de 9 km au cœur de la forêt à la découverte du petit moulin de Chambeuil avec ses murs épais en pierre volcanique, son toit de lauzes et son « fenestrou » (petite fenêtre). Ce moulin est resté en activité jusqu’au début du XX ème siècle pour la production de seigle.

01(1) 01(4)

                   01(5)  01(2)

J2 : le Téton de Vénus et ses 1669 m n’ont point l’aura de ses voisins (Griou, plomb du Cantal, Puy Mary) mais offre un magnifique point de vue sur les vallées alentours de l’Alagnon et la Santoire ainsi que sur les volcans voisins.

                   2 (1) 2 (2)2 (3) 2 (4) 

En empruntant pour partie le GR 400, mythique chemin de Compostelle, et en traversant des pâtures sous le regard indifférent des salers qui paissent à proximité, nous atteignons sans difficulté le sommet qui doit son nom à sa forme…

De retour au col de Rombière et pas fatigués, nous poursuivons en direction du Puy Griou (1690 m) : Puy emblématique de la vallée de la Cère, reconnaissable entre tous dans le Cantal. Le minéral est ici le symbole de ce volcan impressionnant avec son cône de « phonolite» : pierre qui chante quand on tape dessus …

2 (5) 2 (7) 2 (9) 2 (10)DSC_0127  DSC_0118

Formé il y a 6 millions d’années, il a subi les assauts du gel et du temps qui ont érodé la roche et formé d’impressionnants blocs de lauzes. L’ascension se fait sur pierrier et les 15 derniers mètres s’effectuent avec l’aide des mains. Les pentes aiguës ont intrigué, ont fait peur mais tout le monde est arrivé au sommet. Bravo !

J3 : Puy de Seycheuse à 1650m. Dénivelé de 880m.

Le parcours sera jalonné de « la Roche Percée » : une grotte et un habitat troglodyte médiéval à trois étages reliés par des escaliers, d’anciens burons, de forêts de sapins, de plateaux chaotiques avant d’atteindre le sommet surmonté d’une croix avec vue sur le cirque glaciaire de la vallée de la Santoire. Après un parcours en crête et la traversée d’estives, nous longeons torrents et cascades sur de beaux chemins.

3 (2) 3 (3)3 (5) 3 (5c)3 (6) 3 (7)

                 DSC_0185   DSC_0186

J4 : Depuis le col du Pas de Peyrol 1588 m, plus haut col routier du Massif Central,  ascension du Puy Mary à 1783 m soit 195 m à effectuer sur un chemin aménagé avec 416 marches. Cool … Bien que ce sommet ne soit pas le plus élevé des Monts du Cantal, sa silhouette pyramidale symbolise la puissance et la majesté des montagnes de Haute Auvergne.

Ce site est labellisé « Grand Site de France » depuis 2012.

La journée comptera aussi deux parcours en crête avec panorama sur le Puy Mary 

4 (1)4 (2)4 (4) 4 (3)

                      DSC_0242   4 (5)

  • l'ascension du Puy de la Tourte 1704 m depuis le col du Pas de Peyrol avec retour en boucle à flanc du sommet sur les estives occupées par un troupeau de moutons bien gardé par le chien patou.

  • l’ascension du Puy de Niermont 1620m depuis le col de Serre : petit sommet prisé des parapentistes qui offre une vue sur les estives du plateau basaltique du Limon ou les belles vaches Salers sont présentes de mai à octobre .

J5 :  « Le sentier des vieilles pierres » : une randonnée à la découverte du petit patrimoine rural, témoin de la vie d’antan et traversée du bois de Cheylat par un chemin bordé de pierres moussues .

5 (1) 5 (1b)5 (3) 5 (4)

                   5 (6)  5 (6b)

                    5 (12) 5 (10)5 (13) 5 (11)

    • lavoirs,

    • abreuvoirs,

    • fours à pain : autrefois lieu de convivialité de la communauté villageoise lors de la cuisson du pain,

    • travails à ferrer,

    • diverses croix : de la plus modeste à l’œuvre d’art la plus aboutie,

    • le « couderc » : vaste terrain communal situé à l’intérieur du village était alors utilisé par les habitants pour faire paître les animaux et bénéficier de la source captée

L’église de MOISSAC du XIIème et son clocher à peigne présente un mobilier d’une grande richesse.

La chapelle Saint Antoine à Chastel-sur –Murat, construite à la manière des burons de montagne avec son clocher à peigne, sa toiture en lauzes.

J6 : Ascension du Plomb du Cantal (1885 m) depuis le col de Prat de Bouc.

Ce sommet, point culminant du département, offre un beau panorama des monts du Cantal, des puys et des vallées parcourues durant la semaine.

6 (1) 6 (2)

 6 (1)

L’après-midi sera consacré à la visite de Murat classée « Petite Cité de Caractère » depuis 2015, abritait dès le Moyen – Age une population active d’artisans, de commerçants et de juristes protégée par d’épais remparts dotés de 7 portes . « Un mur mura Murat et Murat murmura ». Ses foires médiévales et marchés aux fromages, blé et bestiaux étaient de grande renommée.  La vieille ville compte de nombreuses maisons médiévales et renaissance, des portes remarquables : un bel exemple de la qualité de travail des artisans locaux et un superbe jacquemart datant de 1938 : les enfants en costume traditionnel auvergnat dansent la bourrée, l’horloge indique l’heure et le coq sonne, par l’intermédiaire du carillon à trois cloches, les coups de midi.

 6 (3) 6 (3b)

                   6 (6)  6 (7)  6 (8)

J7 : Les gorges du Pas de Cère et la cascade de la Roucolle. Les parois rocheuses hautes de 30 mètres de cet ancien verrou glaciaire ont été entaillées par la rivière il y a des milliers d’années.

7 (2) 7 (3)7 (1) DSC_0451DSCN1079 DSCN1097

Florence, cuisinière hors-pair, nous a préparé de délicieux plats régionaux élaborés à partir de produits locaux de qualité truffade, potée auvergnate, Pounti : terrine de viande et de verdure sucrée salée (blettes, pruneaux, lait, farine, œufs ),à l’origine créée pour cuisiner les restes de viande pas utilisés dans la soupe, cornet de Murat : biscuit roulé au sortir du four débordant de crèmes douces et onctueuses qui a sa fête le 3 ème dimanche de septembre à Murat. Nous avons apprécié toutes ses préparations maison comme les barres de céréales, cookies, confitures... Nous avons goûté tous les fromages : Cantal, Bleu d’Auvergne, Salers, Saint Nectaire.

Le séjour se termine. Ainsi, nous avons profité d’un accueil chaleureux, généreux et d’une nature authentique dont la contemplation s’accorde à l’essentiel.

L’attention et les encouragements que chaque participant a portés à l’autre ont contribué à la réussite de ce rendez-vous sur les cimes. Merci à tous !

Josiane P.  Claude G.