IMGP3415

Randonnée au cœur de l’Hérault du 30 Mars au 3 Avril 2009

Quittez l’autoroute après Béziers, en direction de Pézenas et vous découvrirez des lieux magiques et majestueux dans l’arrière pays de l’Hérault.
C’est ce « coin de France » que Paulette a judicieusement choisi pour nous emmener en balade pendant 4 jours.
Dès notre arrivée, après une installation rapide dans les jolis chalets du relais du Salagou, nous nous sommes chaussés et nous voilà partis pour une promenade de 12 kilomètres entre vignes et oliviers qui nous a menés jusqu’au pittoresque village de St Jean de la Blaquière, situé sur les chemins de St Jacques de Compostelle. Ce fut une mise en condition très agréable.

2ème jour : nous avons été subjugués par la beauté sauvage du site exceptionnel du lac de Salagou. La terre rouge dite ruffe (roche apparu à la fin de l’ère primaire), offrait des contrastes étonnants ; dès les premiers pas, déjà une odeur de thym embaumait l’air et tout au long de la balade (tour complet du lac : environ 27 km) Le printemps était là : iris sauvages, ajoncs, amandiers ; un régal pour les yeux et les amateurs de photos.
Suite à une crise viticole, les pouvoirs publics envisagèrent une reconversion des vignobles, d’où la nécessité de créer un réservoir indispensable à l’irrigation. Le ruisseau du Salagou fut choisi et en 1969 on construisit un barrage. La vallée engloutie sur 750 ha. donnait naissance au lac de Salagou.
Dans ce milieu créé de toute pièce par l’homme beaucoup d’espèces animales et végétales ont trouvé leur place. Nous avons vu notamment les grèbes huppés, des cormorans. Dans le lac les herbiers constituent la nourriture des poissons tels carpes, brochets, perches. Les plantes ont aussi tiré partie de l’eau (frênes, roselières ou vit une espèce de fauvette venue du Gabon). Nous aurions encore beaucoup à dire sur la diversité de ces lieux, très sauvages par endroit. Pour donner un peu de piquant à cette promenade tranquille, nous avons joué les équilibristes aux passages à gué. Moments mémorables…

3ème jour (1er Avril) : en partant de St Maurice de Navacelles descente (sous une petit pluie…ce n’était pas un poisson d’avril) vers le grandiose cirque de Navacelles, merveille écologique et géologique nichée au cœur du Causse de Blandas, espace naturel protégé qui abrite une faune et une flore rares et exceptionnelles. Cirque naturel façonné par la Vis (affluent de l’Hérault), formé par un méandre coupé de la rivière qui disparaît sous terre pour ressurgir plusieurs kilomètres plus loin. Un des méandres de la rivière en se creusant a fini par rejoindre son cours plus en aval abandonnant ce méandre avec son piton rocheux planté au milieu.
Au fond du canyon, 300m plus bas que le causse, la rivière de la vis tombe en cascade à Navacelles, l’ensemble est dominé par des versants formant un grand amphithéâtre dont les barres calcaires constitueraient les gradins. Le petit village de Navacelles est accroché aux rochers. Nous avons choisi de déjeuner dans ce site majestueux. Le soleil faisait enfin son apparition. Nous poursuivîmes notre chemin sur le GR du Pays du Larzac, pendant un temps le long des eaux cristallines de la Vis, puis vers les gorges, (encore quelques efforts et descente un peu délicate en «rappel » …) jusqu’à la résurgence spectaculaire de la Vis, où sont situés les moulins de la Foux, endroit fabuleux et d’une beauté sauvage… Nous avons ensuite cheminé sur le sentier botanique jusqu’à Vissec. (là où un méandre de la Vis est à sec). Encore une journée bien remplie…

4ème jour : Visite de St Guilhem le Désert et Abbaye de Gellone. Notre guide passionnant et passionné nous a fait oublier la mauvaise humeur du ciel en nous plongeant dans l’histoire captivante de cette ville médiévale fondée au Xe siècle autour de l’abbaye de Gellone, étape incontournable des chemins de St Jacques de Compostelle.
Le village s’étire au creux du Val de Gellone sur la rive gauche du ruisseau Verdus. Chaque époque a laissé son empreinte architecturale à ces vieilles maisons médiévales chargées d’histoire. Les portes en bois sont souvent ornées d’une cardabelle, chardon géant qui prévient de la pluie en refermant son cœur. belle image !.. et protège contre les mauvais esprits.
Le personnage célèbre lié à la fondation de la l’Abbaye de Gellone (magnifique ensemble de style Lombard) est le Comte de Toulouse Guilhem (Guillaume d’Orange), neveu de Charlemagne né en 805, vainqueur des sarrazins. Après ce retour dans l’histoire, l’après midi devait être consacrée à la randonnée des fenestrettes, chemin construit par les moines de St Guilhem, et du cirque de l’infernet situé derrière le village aux pieds d’impressionnantes falaises ; mais le ciel était toujours aussi menaçant et nous avons dû renoncer à cette belle balade.
Une accalmie en milieu d’après-midi a permis à ceux qui le souhaitaient de visiter Villeneuvette, Où furent installées des manufactures royales (draperies) sous Colbert. Ce village à l’atmosphère toute particulière, nous plonge dans la vie d’une petite cité ouvrière du XVIIIème siècle qui avait lancé le défi audacieux de faire vivre en autarcie des travailleurs sur leur lieu de production. Autour des manufactures furent créés des logements, des boutiques, des jardins, des fontaines, des allées ombragées, une chapelle. Remarquable ensemble classique très homogène.
Un siècle plus tard des familles locales reprirent ces manufactures sur le modèle social initié par Colbert. L’activité cessa en 1954 ; une page de cette histoire locale se refermait.
Au-dessus de la porte d’entrée monumentale de la cité une devise nous accueille : « honneur au travail ».
Après une agréable balade autour de ce village, nous décidâmes de continuer vers le cirque de Mourèze (les randonneurs ne renoncent jamais…), cirque dolomitique où l’érosion a façonné un labyrinthe de rochers aux formes étranges. Nous avons déambulé dans ce chaos parsemé de plantes aux senteurs de maquis (romarin, thym…).
Ces balades de « substitution » Nous ont réservé plein de belles surprises.
Voilà c’était notre dernière soirée. Nous nous retrouvons dans la grande salle du relais du Salagou pour partager nos impressions, échanger toutes les belles images que nous avons dans la tête. Nos hôtes nous ont concocté un délicieux repas. Leur accueil a été très chaleureux pendant ces 4 jours.
Merci pour tous ces moments conviviaux passés ensemble dans une région à découvrir absolument et pour le dévouement de ceux qui réalisent ces séjours avec passion …
Le moment de nous séparer est venu…
A Bientôt pour de nouvelles aventures…. M.L.